Publié par : Philippe Nantermod | novembre 1, 2008

Un peu de fair play…

La campagne sur le droit de recours des organisations adopte enfin un bon rythme. On voit ici et là des affiches et des annonces, des courriers de lecteur, des débats. En tant que coordinateur romand de la campagne pour le OUI, je suis avec intérêt celle des opposants… et je suis choqué par les mensonges et le populisme des tenants du NON.

Vous ne me croyez pas ? Prenons leur affiche à propos de Lavaux. Vous ne vous souvenez pas des initiatives « Sauver Lavaux » ? Il ne s’agissait pas d’un quelconque recours d’organisations, mais de l’usage des droits populaires. C’est exactement la manière de protéger l’environnement que nous prônons : avec la démocratie, et pas contre cette dernière. Les associations emploient ainsi une image très émotionnelle (Lavaux est probablement un des paysages les plus appréciés de Suisse) alors que sa protection n’a strictement rien à voir avec le droit de recours.
Les associations rétorqueront qu’il y a quelques points de détails qui ont été réglés par voie de recours. C’est vrai, mais il s’agissait de recours contre des décisions administratives – et pas contre une décision du peuple ou d’un parlement – et donc exclue du champ d’application de l’initiative. Premier mensonge, donc.

Continuons. L’affiche prétend que nous voulons supprimer le droit de recours. Ceux qui ont lu le texte de l’initiative auront bien compris qu’il n’est question que d’une limitation – forte je l’admet – du droit de recours, mais pas de sa suppression. Deuxième mensonge.

Ensuite. « L’initiative du PRD Zürichois ». Rien n’est plus faux. L’initiative a été élaborée par les jeunes radicaux valaisans en 2003, bien avant l’affaire du Hardturm. Pour gagner, les opposants cherchent à monter les Suisses les uns contre les autres. Ils veulent que nous montrions les Zürichois du doigt et déclarions en cœur : « bien fait pour vous » ? Troisième mensonge.

Bref, les associations veulent nous coller l’étiquette de pollueurs. Elles nous font des procès d’intention lorsqu’elles déclarent que nous voulons détruire la protection de l’environnement. Tout cela relève de leur éternelle rhétorique qui devient vraiment infernale : les associations sont de preux chevaliers, des gentilles, contre les ignobles bétonneurs, les méchants.

Elles n’ont malheureusement pas d’exemple pour étayer leur argumentation et doivent mettre en avant Lavaux, qui a été protégé par le droit d’initiative et pas par le droit de recours. Par contre, nous en avons des exemples de projets bloqués avec des emplois à la clef : Amgen à Galmiz, BASF à Evionnaz, Eurogate à Zürich, le barrage du Grimsel, développement des domaines skiables des Portes du Soleil, Tête de Balme, Golf de Grimisuat, parking de la gare de Fribourg, circuit automobile de Vendlincourt, IKEA Rothrist. Et il y en a beaucoup d’autres…

Publicités

Responses

  1. Philippe, en toute honnêteté je crois que la mauvaise fois politique vaut pour ce cas tant pour l’un que pour l’autre ! Parce que des emplois pour nos enfants en votant oui hors que vous expliquez partout que c’est qu’une initiative procédurale…

    Et pour rappel, le cas du parking de la gare de Fribourg, est l’exemple type de la nécessité de droit de recours, parce que les autorités n’ont pas respectées le plan directeur cantonal. Alors si l’Etat ne respect pas les lois qu’il a lui-même fait accepter ou que le peuple (puisque c’est le sens de votre initiative) peut violer une base légale qu’il aurait lui-même adopté auparavant sur un cas d’espèce, je suis pas sûr que ça soit vraiment l’image qu’on devrait avoir de notre Etat de Droit…Locke, Sièyse et Constant risque de ne pas aimer.

    A bon entendeur, salut

    NB : Jolie campagne tout de même, bien menée, digne d’un vrai radical valaisan 😉

  2. JE vous soutiens à 100 % !!!
    Un fan des remontées mécaniques…

    Courage TéléMorgins, les Mosses et les autres…

    Et battons nous contre Mountain Wilderness, Pro Natura et le WWF.
    Elle seront utiles nos montagnes vierges…
    de tout… de gens ….

    http://fr.youtube.com/watch?v=lTZGhh174Wc

  3. Pas d’exemple ?
    Si, par exemple : Le projet de carrière à Montricher. Les administrations et l’autorité publique en charge de la protection de l’eau avaient donné l’autorisation à l’exploitation de la carrière, quand Helvetia Nostra à recouru et soumis l’affaire au tribunal administratif du canton de Vaud : une expertise à démontré le danger envers l’eau potable de toute la région morgienne. Le tribunal a annulé le permis de construire.
    Même 5 milliards ne semblent donc pas suffire pour défendre efficacement la nature des conséquences de pollutions diverses (en l’occurrence la santé d’une partie de la population était en danger !). Pourquoi ? Je reste persuadé que la défense de l’environnement doit rester dans les mains d’associations non étatiques, afin d’éviter tout conflit d’intérêt.
    Je rappelle que l’environnement ne peut se défendre que par l’intermédiaire de « porte-paroles ». D’autre intérêts (sociaux, financiers etc.) n’ont pas ce problème.

  4. A Stéphane M et Nantermod:

    Je lis l’un à présent et j’ai vu l’autre à Infrarouge l’autre jour. L’autre est tout jeune, à peine pubère, et déjà tellement con-vaincu de son combat contre ce mythique mal fondé écolo. Un peu d’humilité que diable.
    Quand je lis « à quoi servent nos montagnes vides? » (de l’un) je bondis: je suis naïf franchement je ne savais pas qu’on pouvait encore lire des inepties pareilles de nos jours. L’utilitarisme à outrance, la rentabilité de tout, c’est le credo, la religion de notre système de suffisants auto-centrés. Dans cette croyance l’homme bouscule et menace très concrètement la planète (oseriez-vous le contester? mais, non c’est plus simple de fermer les yeux) et la dérègle inaturellement comme jamais elle ne l’a été durant des milliards d’années.
    Mais qui sommes-nous pour le faire? vos vies ne valent rien à cette échelle et la nature doit triompher de votre avidité égoïste et naïve qui fait qu’à cause de ça nous en sommes là aujourd’hui. La liberté dans nos sociétés est une putain que l’on retourne et brandit à toutes occasions, surtout quand on est une vulgate radico-libérale qui méprise le reste du monde, autoconvaincue d’être supérieure à tout le monde et d’avoir trouvé la solution à ses problèmes: l’argent et par là la LIBERTE d’entreprendre, la liberté donc de risquer de détruire un patrimoine naturel pour de l’argent, de détruire un climat pour de l’argent, la liberté du plus plus plus encore et encore et encore dans un monde aux capacités limitées et qui sont déjà trop expoitées. Mais c’est un autre débat, vous n’en êtes pas là, évidemment.
    Je reste toujours très confiant en voyant cette haine anti-écolo car ça montre bien qu’il y a une émotion, à savoir un conflit intérieur en vous-même avec votre conscience qui a bien compris que ce que vous prônez est immoral et pas raisonnable et donc d’un besoin de taire et faire taire l’autre avec les arguments du bord.
    Penser comme vous le faites, le combat que vous menez sont les reliques d’un temps et d’une société qui doivent maintenant finir de mourir.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :