Publié par : Philippe Nantermod | mai 28, 2010

Fusillade de Martigny : il est temps d’agir !

La fusillade qui s’est produite dimanche dernier dans les rues de Martigny est inacceptable. Une telle violence, à une heure d’affluence, sur la Place Centrale, montre que les mesures existantes ne jouent pas pleinement leur rôle. Les libéraux-radicaux avaient organisé le 21 janvier dernier un débat sur la sécurité à l’Hôtel de Ville de Martigny. Le manque de rigueur du code pénal était dénoncé. Au Grand Conseil, le groupe PLR a déposé un postulat demandant une procédure de flagrant délit et par la voix du conseiller national Christian Luscher demandé aux Chambres fédérales de revoir le droit des sanctions. Il faut maintenant que ces mesures entrent en force au plus vite.

La sécurité n’est pas un but, mais un moyen pour atteindre le plein exercice de nos libertés. Cette phrase, prononcée lors du débat de Martigny, prend toute sa force après le drame de dimanche dernier. La population doit pouvoir se promener en ville sans avoir la peur au ventre. Les polices municipales et cantonales font du très bon travail. Leur forte présence dans la ville est de nature à rassurer. C’est essentiel comme première mesure.

Mais, il faut également que tous les moyens soient mis en œuvre pour que l’enquête avance au plus vite. Les forces supplémentaires accordées à la police cantonale l’année dernière seront les bienvenues. La coordination entre les polices municipales et cantonale est essentielle. Les événements de Martigny montrent bien que c’est à l’échelle régionale, voire cantonale, que les solutions peuvent se trouver.

Il faudra ensuite que les sanctions tombent rapidement. Le postulat du groupe PLR (2.040), déposé en novembre 2009 par le député de Monthey Didier Cachat, qui n’a pas été combattu à son développement en mars dernier, doit être suivi d’effets. Nous demandons donc au Conseil d’Etat d’étudier la possibilité d’introduire en Valais cette comparution directe, non seulement pour les hooligans, mais aussi pour les gens coupables de déprédation de biens, d’agressions, de bagarres… et autres faits qui méritent une réaction rapide de notre justice : La demande était claire, le Gouvernement doit agir.

Mais la question la plus préoccupante reste les sanctions prévues au code pénal. Elles sont actuellement inadaptées. Le groupe PLR des Chambres fédérales a déposé différents objets en vue d’une révision. Les libéraux-radicaux valaisans appuieront fortement cette démarche.

Responsables, les libéraux-radicaux s’engageront avec énergie, au-delà des querelles partisanes, pour que les mesures préconisées avancent, tout en évitant les amalgames et les jugements hâtifs. La grande majorité des étrangers qui respectent nos valeurs, nos lois, nos coutumes et qui font l’effort de s’intégrer trouveront toujours notre appui. Les autres doivent savoir qu’ils ne sont pas les bienvenus et qu’ils n’ont pas leur place ici.

Communiqué du PLR Vs

Georges Tavernier, président du PLRVs
Pierrot Métrailler, secrétaire cantonal

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :